Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
PermaVitis
Sortez du rang !
Avec CALIASTOP réduisez de 90% la présence d'insectes nuisibles.
Vign_chaux-vive-093354

Créer une Barrière à Insectes sur la vigne c'est possible en utilisant un Carbonate de Calcium micronisé (< à 1.7µ) et Ultra Blanc.

Parmi les ondes électromagnétiques émises par le soleil et qui arrivent au sol après avoir été filtrées par l'atmosphère, notre œil n'est pas capable de voir l'ultraviolet ou UV (qui, par contre, nous fait bronzer) et le proche infrarouge ou proche IR que certains animaux perçoivent.

La blancheur du CALIASTOP lui confère un pouvoir très important pour modifier de façon significative et durable les rayonnements Infra-Rouge et Ultra-Violets à la surface des feuilles ou des grappes.

 

DOSE D'EMPLOI :

  • CALIASTOP   6 kg / 100 Litres d'eau en jet projeté (150 à 200 litres d'eau / ha)
  • CALIASTOP 10 kg / 100 litres d'eau pulvérisateur pneumatique (80 à 100 litres d'eau / ha)
  • Une ou deux applications de CALIASTOP en fonction de la pluviométrie, de la pression et de la durée de couverture souhaitée - Sac de 20 kg.
  • CALIASTOP présente une excellente résistance au lessivage - Miscible avec Bouillie Bordelais NC et Héliosoufre.
  • CALIASTOP doit être positionné en préventif pour garantir un maximum d'efficacité.

 

LE SPECTRE ÉLECTROMAGNÉTIQUE DE LA LUMIÈRE :

Tout objet éclairé par le soleil est donc éclairé par des couleurs visibles, mais aussi par des couleurs invisibles dans l'ultraviolet et le proche infrarouge. La couleur d'un objet sera donc déterminée par les "longueurs d'onde" ou "couleurs" que cet objet sera capable de réfléchir. Si une feuille ou la végétation nous apparaissent verts, c'est que la longueur d'onde qui correspond à la couleur verte est la seule à être réfléchie par la chlorophylle contenue dans la feuille. Les autres longueurs d'ondes ou couleurs du spectre visible sont complètement absorbées pour procurer l'énergie nécessaire à la photosynthèse!

Mais ce que nous ne voyons pas, c'est que la chlorophylle réfléchit beaucoup plus fortement les longueurs d'onde du proche infrarouge que la couleur verte. Certains photographes font d'ailleurs de magnifiques photos de paysage grâce à des caméras numériques ou à des pellicules sensibles au proche infrarouge. Vous avez peut-être déjà remarqué dans certains ouvrages d'arboriculture, des images d'arbres taillés qui apparaissent très nettement en blanc sur un fond de ciel très noir. Ces photos sont précisément prises dans cette bande de longueurs d'onde du proche infrarouge, plus exactement entre 800 et 1000 nanomètres (ou de 0,8 à 1 µm) de longueurs d'onde. Pour les fleurs, c'est la même chose. La couleur d'une fleur dépend des longueurs d'onde qui sont réfléchies ou absorbées. Une fleur jaune nous apparaît jaune, car ses pigments absorbent toutes les couleurs sauf le jaune qu'ils réfléchissent. Ce que nous ne voyons pas, c'est qu'une fleur réfléchit beaucoup plus fortement l'ultraviolet à certains endroits très précis de la corolle......et çà les insectes pollinisateurs le voient

EN CONCLUSION :

La lumière est composée d’ondes électromagnétiques, les insectes « sentent » les odeurs électroniquement, en se réglant sur la fréquence des rayons infrarouges émis par les « senteurs » des plantes qu’ils désirent comme nourriture. Ainsi en fonction de sa composition chaque plante émet une signature électronique correspondant à la longueur d’onde qu’elle absorbe et réfléchie. Les insectes qui s’intéresse à une plante en particulier reconnaissent cette signature et la repère parmi les autres dans leur environnement. Une plante stressée d’une espèce particulière, émet plus fortement que les autres dans la même signature qui identifie l’espèce.

Travaux de PIL CALLAHAN PhD - Caltech, Physics and Astronomy BS - Cornell, Engineeering Physics - Radar Remote Sensing of oceans, mainly of wind and waves; phenomenology of corrections to radar remote sensing data; extraction of surface information from altimeter waveforms, including the Cassini Radar at Titan.

« Pour CALLAHAN , les antennes des insectes semblaient fonctionner comme si elles recevaient d’étranges signaux les guidant vers l’objet recherché : nourriture, partenaire sexuel ou, plus tragiquement, le feu. Or, si les antennes des insectes, comme CALLAHAN commençait à le supposer, étaient vraiment des capteurs sélectifs de signaux infrarouges, on pourrait reproduire ce système avec des transmetteurs fabriqués par l’homme et ainsi contrôler les allées et venues des insectes, notamment de ceux nuisibles à la végétation. » 

 
Autorisé en AB
Vign_Logo-AB_illustration_article
 
FicheTechnique
 
Vers de Grappes
Vign_Vigne-larve-cochylis-1024
 
Cicadelles
Vign_scaphoideus_titanus_1
PermaVitis© 2016 - Alain MALARD
Créer un site avec WebSelf